CORONAROVIRUS EN OCEAN INDIEN
INFORMATION AUX INTERNES

Chers adhérents, chers collègues, 

 

Une épidémie de coronavirus sévit actuellement dans le monde entier et plus particulièrement en Europe. La Réunion et Mayotte sont également touchées. Voici une série d’informations sous forme de questions / réponses pour vous apporter les éléments que le SIOI a pu recueillir jusque-là : 

1- Quelles sont les obligations des internes face à cette crise sanitaire et dans quel cadre légal s’inscrivent-elles ?

   La mobilisation des internes face à la crise sanitaire du COVID-19 est prévue par le Gouvernement français. Elle est donc légale et fera l’objet d’une instruction ministérielle prochainement. En l’attente d’une légifération, l’implication des internes en dehors des stages habituels reste sur la base du volontariat. La mise en place d’assignation ou réquisition pourraient avoir lieu par la suite selon l’évolution de l’épidémie. 

 

2- Quelle est la mobilisation des internes prévisible dans la zone Océan Indien ?

     2.1 - Les internes en stage hospitaliers 

   Les internes actuellement affectés à la zone Océan Indien seront appelés à renforcer les équipes médicales dans les services sous tension (urgences, réanimation, pneumologie, infectiologie, et unités dédiées au COVID-19) lorsque les capacités d’accueil de ces services avec les effectifs actuels seront dépassés. 

   Aussi, le SIOI est en attente de la réponse des 5 établissements hospitaliers publics de la zone Océan Indien (Réunion - Mayotte) pour que nous soient communiqués les plans d’action qui seront déclinés au sein de la région (voir ci-dessous réponse à la question “quels sont les plans d’action hospitaliers de la région Océan Indien ?”). 

En attendant, nous vous demandons de nous signaler immédiatement toute demande de renfort qui vous sera faite et ce afin que nous puissions interagir en direct avec les directions des centres hospitaliers et défendre vos intérêts. 

 

    2.2 - Les internes en stage ambulatoire

   Pour les internes en stage ambulatoire, une organisation ambulatoire de la prise en charge des patients suspects d’être atteints du COVID-19 puis des patients confirmés au COVID-19 mais peu symptomatiques est en cours de rédaction par les différents regroupement des médecins et soignants libéraux. 

   Le SIOI a également demandé à ces regroupements de nous communiquer l’organisation qu’ils prévoient et la place qu’y aura l’interne en stage ambulatoire. 

   En attendant, nous vous demandons de nous signaler immédiatement toute demande de renfort qui vous sera faite ou à l’inverse de refus de présence en stage, et ce afin que nous puissions interagir en direct avec les partenaires ambulatoires et défendre vos intérêts. 

 

    2.3 - Les internes actuellement en disponibilité / en année-recherche / en stage hors-filière

   Le SIOI vous demande de vous rapprocher de notre bureau (sioi.secretaire@gmail.com) si vous êtes dans une de ces situations et présent dans la zone Océan Indien. Le Syndicat recense actuellement tous les internes en disponibilité et en année-recherche qui sont présents dans la zone Océan Indien et qui voudraient se porter volontaires pour un renfort des équipes médicales. Nous allons créer un questionnaire pour ce faire (voir google form). Bien entendu le Syndicat a d’ores et déjà demandé une garantie quant à la rémunération des internes mobilisés. 

 

3- Quels sont les plans d’action hospitaliers de la région Océan Indien ?

   Chaque chef de service concerné par une réorganisation liée à une crise sanitaire (services d’accueil des urgences, réanimation, pneumologie, infectiologie actuellement) propose à sa direction hospitalière une réorganisation de son service suivant les stades épidémiques. Ces organisations locales suivent un cadre national. Elles sont ensuite validées en réunion de cellule de crise du centre hospitalier puis proposées à l’ARS et au préfet qui actent leur mise en oeuvre.

   La stratégie de réponse sanitaire est adaptée en fonction de la cinétique épidémique et répartie en 3 stades. Les stades 1 et 2 ont pour objectif l’endiguement de l’épidémie. La stratégie consiste alors à freiner l’introduction du virus et sa propagation par des mesures d’endiguement sous la responsabilité de l’ARS. Le passage à un stade 3, soit une gestion d’une diffusion épidémique sur le territoire, consiste au passage à une stratégie d’atténuation. Pour cela, l’offre de soins est renforcée par le développement d’une prise en charge ambulatoire des patients non graves et le recours aux établissements de 2ème ligne afin d’augmenter les capacitées (lits) d’hospitalisation. 

   La mise en place de plans hospitaliers selon le stade de l’épidémie dépend donc de la place du centre dans le dispositif et la tension au sein de celui-ci. Les principes d’organisation dans les établissements de santé reposent sur une montée en puissance graduée et la mise en place d’une cellule de crise hospitalière. Les établissements doivent définir les limites de leurs capacités et les modalités de report des soins non urgents.

   La gradation est réalisée sur 2 niveaux: 

Niveau 1 = « Plan de mobilisation interne » : gestion des tensions sans toutefois mettre à court terme l’établissement en difficulté dans son fonctionnement courant.

Niveau 2 = « Plan blanc » : Pour la gestion des situations exceptionnelles avec un impact potentiellement majeur sur l’établissement de santé.

   

   Ainsi, les éventuelles demandes des différents centres hospitaliers de la zone Océan Indien devront suivre ces niveaux d’alerte en prenant en compte les possibilités et les organisations locales (CHU Nord en 1ère ligne au stade 1 de l’épidémie de COVID-19 à la Réunion par exemple).

 

4- Quelles sont les demandes des hôpitaux de mobilisation des internes de la zone Océan Indien ?

   Nous demandons une concertation régionale entre les acteurs de soins et tâchons d’organiser le pool des internes mobilisables. Actuellement, la répartissions des internes mobilisés sont : 

 

     4.1 - CHU de la Réunion

CHU NORD : 8 internes en service unité COVID+ ; 8 internes en régulation ; 4 internes en plateforme de coordination "ville-hôpital".
CHU SUD : 4 internes en service
 unité COVID+ ; 4 internes en unité ambulatoire d'accueil et de dépistage ; 2 internes en plateforme de coordination "ville-hôpital"   

Trois internes par jour mobilisés 7j/7 en journée (8h - 20h) en régulation centre 15 (unité dédiée "coronavirus").

 

   4.2 - CHOR

Le CHOR n’a pas formulé de besoin pour le moment.

 

    4.3 - GHER

Pour l’heure pas de renforcement des effectifs. Un doublement des ligne de garde aux urgences et dans les étages serait mis en place en cas d’extension majeure de l’épidémie.

 

    4.4 - CH Mayotte

   Une participation à la régulation téléphonique, sous forme d’astreinte déclenchée en cas de dépassement des capacité de la plateforme.

 

5- Quelles dispositions particulières concernant les internes enceintes / atteints de maladies chroniques ?

   La conférence des Doyens, les Directeurs Généraux des CHU et l’ISNI demandent l’éviction des services d’urgences, de réanimation, de pneumologie et d’infectiologie des internes enceintes et/ou atteints de maladie chroniques. Ce sont également les recommandations de la société française de la médecine du travail.
   Plusieurs subdivisions ont déjà annoncé mettre en pratique ces mesures. Les internes concernés seraient repositionnés sur des postes non exposés ou, à défaut, confinés chez eux.

 

6- Quelles sont les dispositions particulières concernant les internes de retour de métropole ?

   Les recommandations actuelles (arrêté préfectoral en date du 16 mars 2020) sont une éviction du travail et confinement au domicile pour une durée de 14 jours après le retour.
   Cela pourrait être amené à changer pour les professionnels de santé dont les internes font partie.

 

7- Mes congés peuvent-ils être annulés ? Puis-je être réquisitionné ?

   Oui, dans le cadre du déclenchement d’un plan blanc, il est prévu que les congés des internes puissent être supprimés si la situation l’exige.

 

8- Comment peut-on aider ? 

   Les internes volontaires pour soutenir les lignes de gardes et services en tensions peuvent se faire connaître via le google form (https://forms.gle/2csinwctc78k4osL8)qui sera communiqué dans les prochaines heures et se rapprocher de leur représentant ou du bureau (covid19@sioi.frsioi.secretaire@gmail.com).

9- Le semestre va t-il être prolongé ? 

   Le ministère a communiqué que le semestre est reporté d'un mois renouvelable une fois, sauf pour les internes en fin de cursus qui finiront donc leur semestre en fin avril

   Cependant, nous attendons la confirmation de cette information par l'ARS Océan indien et du CHU de la Réunion.

   Nous sommes en communication quotidienne avec l’ARS de la Réunion sur ce sujet et nous vous communiquerons cette information.
   Le prochain semestre ne sera pas prolongé et les stages hors-subdivision (inter-CHU) sont maintenus. Les stages à l'étranger sont annulés. 

10- Quand auront lieu les choix des internes de médecine générale ? 

   Les mesures de confinement actuelles ne permettent pas la tenue d’une réunion de choix en présentiel. La procédure dématérialisée de choix des internes de spécialités autre que médecine générale s’est déroulée avec beaucoup de difficultés techniques malgré la présence d’un très faible nombre de représentants en visioconférence. 

   Il a donc été demandé aux internes de médecine générale de réaliser une procuration écrite afin que leurs représentants puissent donner leurs voeux lors d’une réunion dématérialisée avec l’ARS. Depuis lundi 16 mars le SIOI fait le point quotidiennement avec l’ARS sur le nombre de procurations recueillies pour pouvoir décider de tenir cette réunion de choix dématérialisée. Seules une dizaine de personnes pourront participer à cette réunion dématérialisée pour des raisons de capacité numérique.

 

11-     Thèse, examens, cours, GEASP : Qu'en est il?

   L'université étant fermée toutes ces activités sont reportées à une date ultérieure.

   Les examens de DES de médecine générale  reprendront dès la réouverture de l'université.

 

12- Quelle PEC pour un patient symptomatique actuellement ?

Niveau 1 - actuel

Appel du SAMU

VSL ou moyens propres pour aller au CHU Nord

Service dédié au CHU Nord

VSL pour RAD

 

Niveau 2

CHU Sud deuxième ligne quand CHU Nord débordé avec création d’une unité dédiée

Prélèvements réalisés au Sud et tubes envoyés au Nord. 

 

Les patients contacts asymptomatiques sont appelés à rester confinés chez eux, multiplier les gestes barrières et contrôler la température 2 fois par jour.

 

cf coronaclic pour plus de renseignements

13- Sources d’informations 

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

https://www.infectiologie.com/fr/actualites/covid-19-nouveau-coronavirus_-n.html

https://antibioclic.com/questionnaire/57

https://www.lareunion.ars.sante.fr/

https://lecmg.fr/coronaclic/

https://isni.fr/disposition-relatives-aux-internes-covid-19-instruction-ministerielle/


 

Au total : 

 

1- Le Syndicat des internes de l’Océan Indien soutient l’effort national en cours pour la gestion d’une crise sanitaire majeure. 

 

2- Le Syndicat des internes de l’Océan Indien demande à être tenu informé en temps réel sur l’évolution de l’épidémie et les organisations hospitalières et ambulatoires de la zone Océan Indien. 

 

4- Le Syndicat des internes de l’Océan Indien demande à ce que les internes puissent bénéficier du service de garde d’enfant au même titre que tous autres professionnels de santé mobilisés dans cette crise sanitaire. 

 

5- Le Syndicat des internes de l’Océan Indien demande à ce que la rémunération des internes et le respect du repos de sécurité soient assurés lors de la participation à la permanence des soins et au renfort des équipes médicales. 


 

Toute l’équipe du SIOI 

CC-BY-NC 2018 by SIOI

  • Facebook Social Icon